Média & Féminisme,  Politique,  Portrait

Victoria Bateman: La “Remain girl” Nue !

 Elle est docteur en sciences économiques à la prestigieuse université de Cambridge. Elle milite pour le camp du « Remain ». Surtout, elle fait de son corps une arme pour diffuser son message: « Le Brexit va laisser l’économie britannique à poil ! »

« Rien n’est plus beau qu’un corps nu. » disait Yves Saint Laurent. Cette économiste anglaise en a fait son mantra. Pour rester dans l’Europe, Victoria Bateman donne de sa personne. Jeudi 14 mars 2019, par 413 voix contre 202, la Chambre des Communes a adopté la motion gouvernementale officialisant la demande britannique d’un report du Brexit. Toutefois, Victoria Bateman n’abandonnera pas son combat. Dans le plus simple apparat, elle prône un discours bien rôdé sur la vulnérabilité de l’économie anglaise et la perte de libertés que mènerait la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. Pour porter son message anti-Brexit, elle multiplie les vidéos, conférences et interviews… Et ce, complètement nue, bravant fièrement le puritanisme de nos voisins d’Outre-Manche. « L’économie britannique fait face à de nombreux problèmes: manque de logement, difficultés des services de santé, stagnation des salaires, trop de personnes obligées de compter sur les banques alimentaires, etc. Mais l’Union Européenne n’est pas la cause de ces problèmes, alors comment la quitter pourrait-il nous aider à les résoudre ? » énonce-t-elle, passionnée, lors de ses diverses interventions médiatisées. Victoria Bateman n’est pas à son premier essai. En juillet 2016, elle se fait remarquer en assistant nue à un colloque d’économistes. Au feutre noir, elle s’écrit l’inscription suivante sur la poitrine: « le Brexit va laisser la Grande-Bretagne à poil. » Un message, et un mode d’action qu’elle ne lâchera plus.

Une « métaphore visuelle »

A l’en croire, sa nudité n’est pas gratuite et a plusieurs dimensions. « Cela symbolise aussi les échecs de nos anciens dirigeants, qui ont laissé beaucoup de gens avec le sentiment qu’ils n’avaient rien à perdre avec le Brexit, car ils n’avaient rien du tout. » explique-t-elle , encore nue, sur nombres de plateaux radio et à la télévision anglaise. Cette « métaphore visuelle » n’est pas du goût de tout le monde. Victoria Bateman se voit reprocher son « exhibitionnisme » et un torrent d’insultes l’inonde sur les réseaux sociaux. Lors d’une interview sur la BBC le 8 février dernier, le présentateur John Humphrys lui fait remarquer que ses arguments ont « déjà été exprimés de très nombreuses fois par de très nombreuses personnes qui portaient leurs vêtements. » Un entretien à l’issue duquel la Britannique n’a pas hésité à convier le député conservateur Jacob Rees-Mogg, fervent eurosceptique, à débattre nu avec elle.

Liberté de circuler

« En tant que féministe, je suis passionnée par la liberté. Y compris la liberté d’utiliser mon corps comme bon me semble. Alors qu’à à voir le Brexit avec la liberté ? » interpelle-t-elle en introduction d’une de ses vidéos postées sur Internet. Selon la féministe, les débats autour du Brexit gravitent autour d’une plus grande liberté de la nation anglaise et non de ses citoyens. « Par exemple, la liberté de circulation. Pensez-vous que vous devriez être retenu dans le pays où vous êtes né, loupant des opportunités qui s’offrent à vous ailleurs en Europe ou dans le monde ? » interroge-t-elle, toujours entièrement nue, lors d’une conférence à Cambridge en janvier dernier.
Le 14 février 2019, Rachel Johnson, soeur de l’ancien ministre britannique des affaires étrangères et « hard-brexiter » Boris Johnson mais également, activiste anti-Brexit, s’est effeuillée joyeusement en direct à la télévision sur Sky News face à un plateau aussi gêné qu’hilare. « Je sais combien il est difficile de se faire entendre sur la question du Brexit aujourd’hui. En solidarité avec le professeur Bateman, j’ai décidé de suivre son geste, chaque fois que nous déciderons de parler du Brexit, pour être sûre qu’on fera attention à mes propos. » déclare Rachel Johnson.

A l’approche du printemps, les fleurs ne se semblent pas être les seules à éclore. D’autres militantes anglaises oseront-elles revêtir leurs costumes d’Eve? Toujours est-il que le chaos imposé par le Brexit semble loin être fini en Angleterre. Mardi 19 mars aura lieu une troisième tentative d’adoption du traité de divorce défendu par Madame May. Un énième rebondissement où Victoria Bateman sera fière de défendre sa couleur: le naturel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *