Politique,  Portrait

« Au téléphone en EXPRESS » avec Corinne Lhaïk

Dès la deuxième sonnerie, elle décroche. « Corinne Lhaïk, bonjour ! » La voix est claire et assurée. Les ordres, c’est elle qui les donne. La rédactrice en chef du service politique de l’hebdomadaire l’Express est occupée. Elle doit encore répondre à quelques messages. On patiente un instant. Libérée, Corinne Lhaïk siffle le début de la partie.

Sans fioriture, elle raconte son évidence pour le journalisme et la politique. « Je l’ai toujours su. Je vis pour le journalisme, la politique et la presse écrite. » avoue-t-elle. Elle raconte son diplôme à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris en 1977. Tout en pudeur, l’émotion s’invite dans sa voix lorsqu’elle se souvient de ses débuts. « J’ai réalisé de nombreux stages. C’est la clé pour intégrer ce métier et ce milieu. Très vite, j’ai mis « les pieds » dans les rédac’! » livre-t-elle comme un conseil. Journaliste à la revue « Patrimoine », à l’hebdomadaire « le nouvel Economiste », aujourd’hui responsable de la politique pour l’Express, Corinne Lhaïk a depuis tracé sa route. Dans son service politique de rédaction, elle est à la tête d’une équipe de sept professionnels. Ces journalistes couvrent chacun différents domaines tels que l’Elysée, les conseillers du Président, l’actualité, les partis politiques… « On reste en permanence en état d’alerte. Etre journaliste, c’est vivre dans l’actualité immédiate. » explique-t-elle.

Peu à peu, des ombres s’immiscent. Corinne Lhaïk révèle la difficulté de rester impartial en étant journaliste politique. « C’est la difficulté de tous les journalistes: la neutralité. On a le droit d’avoir des opinions mais il faut privilégier l’art d’exécution et la cohérence. »  et elle ajoute avec un zeste de pessimisme « même si aujourd’hui la plupart du temps, on le passe comme des volailles en batterie derrière un ordinateur à réécrire de dépêches AFP. » Et les journalistes ont besoin de de sources fiables, un exercice « sportif » en politique : les ministères, le parlement, les conseillers… Corinne Lhaïk confie que c’est avec le temps et l’expérience qu’une relation de confiance s’établit avec la source. « L’anonymat protège en politique. Mais il faut au moins vérifier l’information auprès deux sources crédibles. » conseille-t-elle. Eviter le piège, le lanceur d’alerte trompé… Quelque fois, la rédactrice s’est sentie biaisée ou manipulée. « Il m’est arrivé de penser: est-ce le vrai message ou non? Qu’on se serve de moi pour révéler une information vraie, cela m’est égal tant qu’elle est vraie. Je ne suis qu’un pion, je suis au service de l’information. » déclare-t-elle, sincère.

“La presse écrite se meurt. ” Corinne Lhaïk

Elle a écrit plusieurs milliers d’articles. Elle a écrit sur Royal, Sarkozy, Valls, Hollande, Gérard Collomb. Aujourd’hui, elle passe la plupart de ses semaines avec le Président Macron. « Pourquoi Macron ne changera pas », « Macron se voit en leader de l’Europe. », « Macron-Le Pen: Le match retour » titre-t-elle ses derniers articles. Alors, lorsqu’on l’interroge sur la situation actuelle de la France et la colère des Gilets Jaunes, son discours est assuré. Pour elle, les Gilets jaunes incarnent le sentiment d’irritation suprême des oubliés. Corinne Lhaïk regrette que les journalistes soient « serviles ». « Le journaliste s’intéresse aux très pauvres, aux sdf, aux prostituées, bref, aux victimes évidentes et il oublie les victimes moindres et silencieuses. » assène-t-elle en Mea Culpa. En 2019, les journalistes sont chahutés en France. Mais pour la journaliste, les Gilets Jaunes ne sont pas la grande menace qui plane au-dessus de sa profession. « La mort du journalisme est due au modèle économique. Les recettes s’effondrent. Les ventes en kiosques sont insuffisantes. La presse écrite se meurt.». L’avenir prend des airs de tempête. Mais avant de raccrocher, Corinne Lhaïk prononce ces derniers mots empruntés à Albert Camus: « L’espoir, au contraire de ce qu’on croit, équivaut à la résignation. Et vivre, c’est ne pas se résigner ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *