Editorial,  Média & Féminisme,  Politique

Migrant Mon Frère

Terre, mer

Et port,

Asile

De mort,

France grise

Qui brise

Les rêves,

Tu sors !

 

Dans l’hémicycle

Nait une loi.

C’est l’idée

Des étroits.

Elle flambe

Comme une langue

Qu’un fâcho

Toujours croit !

 

La vague plus haute,

Semble un assaut.

D’un corps qui saute

C’est le chaos.

Il vole, s’élance,

Sur un flot danse

Adieu les maux.

 

Mais le débat vogue,

Macron l’a redit,

C’est comme la drogue

D’un artiste maudit ;

Comme le gong d’un bateau

Qui verse et qui pleure

Des millions de coeurs

Des millions de vies.

 

Merde ! L’arrivée fracassante

Des Migrants ! Virez-les !

Ou laissez-les crever

Dans la Méditerranée.

Et écoutez Zemmour,

Le Pen et les vautours,

C’est la mort de l’amour,

Et le temps des morts.

 

2019, France divisée,

Qui s’embrase sous la colère,

Qui se noie dans sa misère,

Qui crache sur une femme voilée,

Oublie la fraternité !

Regarde les filcs en feu,

Face à la colère des malheureux,

Terre des Black Blancs Beures.

 

Sauve ma France, toi qui pense et qui aime !

 

Migrant mon frère

Ami du monde,

Dans les ténèbres

Entends la fronde,

Ils sont immondes.

Entends la gronde,

Des âmes vagabondes

Qu’on n’oublie pas.

 

Ces deux êtres

Qui s’enlacent,

Ces deux êtres

Face à face,

C’est l’histoire

Dérisoire

D’un espoir

D’être en phase.

 

Toi, moi,

Ensemble…

En France.

Pourquoi

Quel sens

La France

Immense

Et libre.

Marie Chéreau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *