Editorial,  Média & Féminisme,  Politique

1995 – 2019 : Acte II des retraites !

Les années passent et décidément se ressemblent. On y est. On l’a tant redouté et aujourd’hui, on va enfin le vivre. Bonjour, gris et électrique 5 décembre, belle date anniversaire, 24 ans après les grandes grèves contre la réforme des retraites de Juppé sous la présidence de Chirac… La France est à l’arrêt. Les Français ont cette fois le président Macron et sa réforme de retraite à point dans le viseur. Mais ce n’est qu’un prétexte. La lutte s’étend contre le manque chronique de moyens et d’écoute de la part de l’exécutif. Cheminots, médecins, infirmiers et aides-soignants, pompiers, professeurs, forces de l’ordre, Gilets Jaunes et étudiants, vont tenter de ne faire qu’un dans la rue. C’est l’heure de l’union et de la fraternité. Décryptage.

Les premiers sur le pont ? Depuis des mois les syndicats de transport appellent à une grève illimitée pour dénoncer la fin des 42 régimes spéciaux dont bénéficient entre autres les cheminots et que la réforme Macron désire faire sauter. SNCF, RATP, routiers, taxis, déménageurs montent au créneau : pas de train, plus de métro, de RER, des péages bloqués et même un traffic aérien perturbé. France paralysée.

Huit mois ! Huit mois que plus de 260 services des Urgences françaises sont en grève. Notre service de santé coule. Au même moment, à l’Assemblée nationale, mardi, les parlementaires ont adopté le budget de la sécurité sociale pour 2020 avec un déficit alourdi à 5,4 milliards par le plan de soutien pour l’hôpital, annoncé il y a quelques semaines par Agnès Buzyn, elle aussi, en train de se noyer.  Ce plan ? « Une goutte d’eau dans un océan ». Rien n’y fait. Les conditions de travail sont déplorables. Il faut arrêter de fermer des lits, il faut recruter en masse, il faut augmenter les salaires. Il faut seulement sauver l’hôpital public afin de garantir l’accès aux soins pour tous ! France désoeuvrée.

Des maternelles aux lycées, les enseignants battent aussi le pavé ce jeudi pour défendre leur statut et leurs retraites. 70% des professeurs du primaire sont en grève, 40% des écoles closes. 60% de grévistes dans les lycées. Des salaires trop bas, peu d’indemnités et de primes. France déboussolée.

Les Forces de l’orde à bout… Et du côté des manifestants. Eux aussi défendent leur régime spécial de retraite et exigent davantage de moyens et de reconnaissance alors que les suicides s’enchainent au sein de l’institution. Fermeture symbolique de commissariats, refus de rédiger des PV, contrôles zélés aux péages et aéroports… Pas question toutefois de rejoindre le cortège traditionnel, ils désirent « manifester autrement ». Avec peu ou prou les mêmes revendications, les pompiers sont aussi de la partie. France secouée.

Le privé ne manque pas le rendez-vous, affecté, comme le public, par la réforme des retraites. Soutenus par certains métiers du secteur juridique, comme les magistrats ou les greffiers, les avocats ont ainsi voté une journée « justice morte » pour défendre leur régime autonome qui, selon eux, ne coûte « pas un euro » au contribuable… France désespérée.

La vague jaune va elle-aussi, aujourd’hui, parsemer le cortège. Les Gilets Jaunes, mouvement qui ne s’avoue pas vaincu après un an d’existence, a appelé au ralliement, estimant que « l’heure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes, qui n’acceptent pas ». France unie.

Mais alors, 2019 sera t-elle à l’image de 1995 ? Est-ce le début de plusieurs semaines de blocage ? Le gouvernement va-t-il enfin entendre la colère des Français ? Le président Macron va t-il pour la première fois de son quinquennat ressentir un peu d’humanité pour ses braves petits soldats ?

Hasard du calendrier, mercredi est sorti au cinéma le dernier film d’Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte : « Le meilleur reste à venir ». Fabrice Luchini et Patrick Bruel se donnent la réplique dans une comédie dramatique qui tourne autour du quiproquo et du thème du cancer. Les deux amis n’arrivent pas à s’avouer la vérité. Tel le reflet de Macron avec les Français… Qui est le cancer ? Qui est le ou les gardiens de la vérité ? Où est la vérité ? « Le drame est triste mais le tragique est générateur de comédie », affirment les réalisateurs. Malheureusement, en ce 5 décembre, on a plus envie de crier sa colère et son désespoir que de rire… Mais le meilleur reste-t-il à venir ?

Marie Chéreau

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *