Jeunes Sans Frontières,  société,  témoignage

Confinés du monde : Lilia, 25 ans, en Tunisie

Un monde à l’arrêt. Plus de la moitié de la population mondiale, soit plus de 4 milliards d’habitants sont désormais contraints de rester chez eux pour tenter d’endiguer la pandémie du coronavirus. Jeunes Sans Frontières est parti à la rencontre de jeunes confinés et déconfinés à travers le monde. Quotidien, mesures gouvernementales, émotions et espoirs : rendez-vous chaque jour au delà du confinement, des frontières, et un seul message : avec fraternité, vaincre l’ennemi invisible.

En quarantaine depuis le 22 mars, la Tunisie prépare son déconfinement prévu demain, le 4 mai. Le pays a été légèrement balayé par le coronavirus avec, à ce jour, un bilan total de 1.009 personnes contaminées et de 42 décès. Economie figée, commerces fermés. Retour sur 43 jours hors du temps, avec Lilia, coiffeuse à Tunis. 

“Je m’appelle Lilia, j’ai 25 ans et je travaille dans un salon de coiffure à Tunis. 

La Tunisie est en confinement depuis le 22 mars. Au début, le gouvernement avait annoncé la fermeture des écoles, restaurants et discothèques. Il avait interdit tous les rassemblements y compris les prières collectives. Il avait même exigé un couvre-feu à partir de 16 heures jusqu’à l’aube.

Mais le coronavirus s’est propagé rapidement et vu que la population ne respectait pas les mesures imposées, le gouvernement a durci les consignes de confinement. Aujourd’hui, on ne peut même plus se déplacer. Les frontières terrestres et aériennes sont fermées, et tous les vols sont suspendus. 

Toute l’attention du gouvernement est portée sur le personnel soignant. Alors, le peuple s’inquiète énormément à propos de leur situation économique, puisque tous les commerces ont fermés à l’exception de ceux jugés ‘essentiels’.

Une grande partie des Tunisiens vivent et même survivent grâce à leurs salaires réguliers. Je pense notamment aux centaines de milliers d’artisans des grands marchés qui se nourrissent avec leurs revenus quotidiens. Alors, si l’économie est à l’arrêt, et que le gouvernement est incapable de verser des indemnités compensatoires, la population va se retrouver sans rien et la situation deviendra dramatique…

Il y a un mois, le ministre de la Fonction publique a annoncé officiellement que le pays manquait de ressources financières pour soutenir à la fois le personnel soignant et maintenir le versement des salaires de toute la population confinée… 

Dans notre malheur, il y a tout de même une légère justice: les zones les plus démunies en Tunisie sont les moins touchées, alors que le littoral, qui est assez aisé, concentre le plus de contaminés. 

Jusqu’à maintenant, le corps hospitalier tient encore debout même s’il y a régulièrement des plaintes du personnel dénonçant le manque d’équipements pour soigner et pour se protéger.

Demain sera le début d’une nouvelle phase, les mesures de confinement vont être allégées, mais les crèches et les écoles resteront fermées jusqu’au 4 juin. Une partie de la population restera confinée et cela ne concerne pas uniquement les personnes âgées de plus de 65 ans, mais aussi celles atteintes de maladies chroniques, les femmes enceintes et les enfants de moins de 15 ans. Les mères de ces enfants devront aussi rester à la maison. À partir de demain il y aura encore d’autres restrictions à respecter, comme le port du masque obligatoire ou la distanciation sociale…”

Propos recueillis par Nada Abou el Amaim.

Le quotidien imagé de Lilia 

(Jendouba dans le nord du pays)

 

A lire aussi :

Confinés du monde : Daniel, 30 ans, au Venezuela

Confinés du monde : Antonija, 28 ans, en Croatie

Confinés du monde : Arthur, 21 ans, au Costa Rica

(Dé)Confinés du monde : Léa, 21 ans, en République Tchèque

Confinés du monde : Karima, 22 ans, en Algérie

Confinés du monde : Iris, 33 ans, en Belgique

Confinés du monde : Céline, 48 ans, au Canada

Confinés du monde : Ricardo, 30 ans, au Liban

(Dé)confinés du monde : Hanna, 23 ans, en Allemagne

(Dé)confinés du monde : Madelen, 30 ans, en Norvège

Confinés du monde : Majd, 24 ans, en Turquie

Confinés du monde : Edgar, 22 ans, en Irlande

Confinés du monde : Edouardo,22 ans, au Mexique

(Dé)confinés du monde : Johannes, 32 ans, en Autriche

Confinés du monde : Akikoto, 29 ans, au Japon

Confinés du monde : Ehab, 20 ans, en Jordanie

(Dé)confinés du monde : Erika, 28 ans, au Danemark

Confinés du monde : Lundon, 23 ans, aux Etats-Unis (Chicago)

Confinés du Monde : Alexandre, 22 ans, en France (Paris)

Confinés du monde : Ilyas, 23 ans, en Australie

Confinés du monde : Karyn, 22 ans, en Suède

Confinés du monde : Nayef, 23 ans, en Syrie

Confinés du monde : Amadou, 28 ans, au Mali

Confinés du monde : Felipe, 26 ans, en Uruguay

Confinés du monde : Jonathan, 30 ans, en Côte d’Ivoire

Confinés du monde : Shady, 28 ans, au Koweit

Confinés du monde : Gwladys, 21 ans, en Angleterre

Confinés du monde : Marie, 24 ans, au Togo

Confinés du monde : Vlad, 17 ans, en Biélorussie

Confinés du monde : Fiorenzo, 21 ans, en Italie

Confinés du monde : Fatima, 23 ans, au Tchad

Confinés du monde : Arthur, 21 ans, au Portugal

Confinés du monde : Pierre, 22 ans, aux Etats-Unis (Saint-Louis, Missouri)

Confinés du monde : Valentin, 22 ans, en Espagne (Valence)

Confinés du monde : Khaled, 27 ans, Egypte

Confinés du monde : Ayoub, 22 ans, au Maroc

Confinés du monde : Sukedana, 23 ans, à Bali

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *