Amazones 2.0,  Biographie,  société,  Virus féministe dans les médias

Inna Shevchenko : “Amazones, pécheresses, révolutionnaires”

“Nous avons tous besoin de héros. Nous nous choisissons des modèles pour doter notre existence de sens. Et les femmes ont besoin de femmes héros.”, annonce dès les premières lignes de son nouveau livre Héroïques, Inna Shevchenko. Pour l’anniversaire de ses 10 ans d’activisme féministe, elle signe un vibrant hommage à toutes les femmes, figures historiques ou fictionnelles, célèbres et inconnues, qui l’ont aidée à se libérer des carcans de la société patriarcale et à forger ses convictions.

Il était une fois une histoire de femme. Il était une fois la porte-parole d’une nouvelle génération dans la révolution des femmes. 

© Les Inrocks

Inna ou “la jeune fille sage devenue fauteuse de troubles”

Née le 23 juin 1990 à Kherson, dans le Sud de l’Ukraine, elle réalise très vite que les femmes autour d’elle sont “silencieuses”. Elève modèle, active dans la vie associative, dévouée dans les tâches ménagères, Inna est une enfant “sage” avant de “se muer en rebelle”. Naître dans un corps de femme dans un ancien pays soviétique, apparaît pour elle comme de la “malchance pure ou un défi”, car deux destins s’offrent aux Ukrainiennes : “faire le ménage ou vendre du sexe”. 

Elle choisit le journalisme et l’étudie à l’université nationale Taras-Chevtchenko à Kiev. Elle est diplômée avec les honneurs lorsqu’elle s’engage dans le mouvement FEMEN au printemps 2009. 

“Le silence de la société apolitique dans laquelle j’ai grandi, m’a enseigné la vitale nécessité de ne pas me taire.”

Elle est enlevée, menacée et torturée par le KGB biélorusse en 2011 suite à une manifestation à Minsk devant leur siège afin de demander la libération de prisonniers politiques et contre la dictature du Président Loukachenko. Elle obtient l’asile politique en France en 2013, après avoir été persécutée dans son Ukraine natale. 

“Je n’accepte aucune règle concernant le féminisme car, malgré le suffixe “-isme”, ce n’est ni un dogme ni une doctrine.”

Depuis Paris, elle organise le développement du mouvement FEMEN à l’international et les campagnes s’enchainent : en faveur du mariage pour tous en novembre 2012, à Notre-Dame de Paris lors de la renonciation du Pape Benoit XVI en février 2013, ou encore en mars dernier lors de la journée internationale des Droits des Femmes. Le 14 juillet 2013, le nouveau timbre Marianne de la Jeunesse dont Inna est une des sources d’inspiration, est dévoilé. Elle réagit par un tweet : Désormais tous les homophobes, extrémistes et racistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre.”

© Femen Officielle

“Tu es ton propre prophète.”

Le 14 février 2015, lors d’une conférence sur la liberté d’expression, elle est interrompue en plein discours par des tirs d’armes automatiques. Elle y échappe de peu. Finn Norgaard, réalisateur danois de films documentaires et trois policiers, n’ont pas cette chance et cet évènement signe la première des fusillades de Copenhague. Inna en est profondément marquée, surtout que l’évènement survient quelques semaines après l’Attentat de Charlie Hebdo. Son engagement en faveur des droits de l’Homme et de la liberté d’expression en est renforcé. 

“J’ai connu les pires formes de violence parce que je me suis exprimée et que chaque partie de mon corps a parlé.”

Aujourd’hui, elle donne des conférences et anime des débats, notamment dans les universités d’Oxford, Cambridge ou encore Sciences Po Strasbourg. Inna Shevchenko est  aussi chroniqueuse pour la presse internationale, dont Charlie Hebdo. En 2015, elle coécrit le Manifeste des Femen, en 2017, Rébellion et L’anatomie de l’oppression en collaboration avec une autre FEMEN, Pauline Hillier. En novembre 2017, elle reçoit le prix de la Laïcité à Paris. L’année dernière, elle devient membre du Conseil consultatif pour l’égalité femmes-hommes, chargé d’établir “un bouquet législatif” aux dirigeants participant au G7 de Biarritz : Monsieur le Président, l’égalité des sexes n’est pas seulement un sujet pour un discours politique et une communication, c’est un véritable combat pour la vie des vraies femmes”. Charismatique et passionnante, Inna Shevchenko est devenue depuis ces dernières années, l’héroïne même d’un féminisme radical que les Femen surnommentSextrémisme”. 

“Et même si vous voulez tout laisser tomber, sachez que vous ne réussirez jamais à le faire. Vous ne pouvez pas baisser les bras, car vous êtes une femme et vous êtes héroïque”, conclut-elle son ouvrage, avant de proposer un petit guide pratique afin de devenir sa propre héroïne. “Amazones, pécheresses, révolutionnaires”, telle une nouvelle devise de notre temps.

Marie Chéreau.

© Reuters

A lire aussi :

Amazones 2.0 : quand le corps des FEMEN devient une arme pacifique

Seins nus = exhibition sexuelle ?

Les Antigones ou les Anti-FEMEN

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *