Amazones 2.0,  Brève,  société,  Virus féministe dans les médias

Seins nus = exhibition sexuelle ?

Le 26 février dernier, la cour de cassation a rejeté le pourvoi du parquet général de la cour d’appel contre la relaxe de Iana Zhdanova. Six ans plus tôt, cette militante FEMEN avait peint sur sa poitrine “Kill Poutine” avant de s’en prendre à la statut du chef de l’Etat russe au musée Grévin de Paris. 

Une victoire en demi-teinte pour les activistes : si la jeune femme a été définitivement relaxée, les FEMEN espérait faire évoluer la législation sur la cause du corps féminin. La question posée à la juridiction judiciaire suprême portait donc sur le fait de savoir si montrer sa poitrine pour une femme est synonyme d’exhibition sexuelle, délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende. Réponse ? OUI. 

Pour Marie Dosé, l’avocate des FEMEN, “cette décision est frustrante et c’est une belle occasion ratée de faire évoluer une jurisprudence d’un autre temps.”. En effet, les juges du second degrés avaient estimé en décembre 2018, que le délit d’exhibition sexuelle n’était pas constitué. “Si l’intention exprimée par son acteur est dénuée de toute connotation sexuelle, ne vise pas à offenser la pudeur d’autrui, mais relève de la manifestation d’une politique protégée par l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme.” Encore “une justice aveugle”, pour les Amazones. 

Marie Chéreau

© AFP / ERIC FEFERBERG

A lire aussi :

Amazones 2.0 : quand le corps des FEMEN devient une arme pacifique

Les Antigones ou les Anti-FEMEN

Inna Shevchenko : “Amazones, pécheresses, révolutionnaires”

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *